Four solaire de la Direction Générale de l'Armement

HISTORIQUE des fours solaires :

L'idée de fours solaires n'est pas nouvelle : Archimède (savant grec, Syracuse de -287 à -212) détruisit les vaisseaux romains à l'aide de miroirs dirigés vers les voiles des bateaux. Cassini (XVII° siècle) en conçut un miroir concave, Lavoisier (XVIII° siècle) fit fondre des métaux. Le professeur Félix Trombe effectua les premiers essais à Meudon avec un miroir de DCA allemand (voir au CNRS). Il réalisa le premier four solaire à Mont-Louis. Puis un petit four solaire (le plus petit héliostat du DGA) fut installé dans les Alpes. Cet héliostat n'a que 12 miroirs.

Mais Félix Trombe revint à Odeillo où l'air pur montagnard et bien ensoleillé était plus propice à ses expériences. Il fit construire celui du CNRS (1968-70) et celui de la DGA (1969-71).

FONCTIONNEMENT :

Des miroirs mobiles (héliostat) focalisent les rayons du soleil vers un gros concentrateur fixe qui renvoie les rayons filtrés vers un foyer (pouvant être mobile).

Cet héliostat est le plus grand du monde : 24 m sur 17 m. Il pèse 50 tonnes. Il est composé de 734 miroirs parallèles de 60 cm sur 60 cm. Il est dirigé par un moteur verticalement et horizontalement pour mieux suivre les rayons du soleil. La nuit, et en cas d'orage de grêle ou de vent pouvant atteindre 150 km/h, il est placé verticalement en position de sécurité.

Entre l'héliostat et le concentrateur, un rideau mural atténue le flux des rayons solaires et permet de contrôler la quantité d'intensité lumineuse

.

Le concentrateur est composé de 384 miroirs de 50 cm sur 50 cm ayant la même courbure et le même traitement.

Le foyer est placé à 10,75 m du concentrateur. Il reçoit une image du soleil grande comme un rond de 10 cm de diamètre. Les chercheurs y font des essais sur les matériaux qui vont servir à très haute température (moteurs de fusée ou d'avion, bouclier de rentrée des fusées, missiles...). Il peut atteindre 3000° C. Les matériaux tiennent peu de temps. Les plus résistants sont les Carbone/Carbone. De plus, grâce au diaphragme réfrigéré, on peut multiplier par 2,7 la température pendant 1 à 2 secondes.

Retour à la page du voyage à Mont-Louis

Retour à la page Accueil du site