LA DÉPORTATION
Dans les trains fantômes, des personnes étaient entassées comme des sardines et ceux qui arrivaient à sauter du train n’avaient pas beaucoup de chance de survivre. Le voyage durait trois jours et trois nuits sans manger et sans boire.
Quand les prisonniers voulaient aller aux toilettes, ils devaient se faire accompagner par un militaire allemand, une arme sur la nuque, et s’ils faisaient un mauvais geste, les Allemands avaient l’ordre de les tuer.
Ce wagon est identique à ceux ayant servi aux déportations vers l’Allemagne. Les déportés étaient transportés en wagons. Ils partaient du Vernet à Drancy ou à Compiègne et, de là, ils partaient en Allemagne.