M.SERVANT fut envoyé au S.T.O. en Allemagne de 1943 à 1945 dans un camp de travail.

Il fut réquisitionné à Saverdun avec Ferrand Pierre et Raymond Gardelle. Ils furent emmenés à Foix encadrés par des miliciens au camp de Saint-Cyprien. Le convoi fut organisé et dirigé vers Opel (Allemagne).

Le soir, ils furent emmenés à l'usine "IG Farben Industrie" où ils eurent la surprise de rencontrer un autre Saverdunois, Gayral. Ils furent séparés mais ils retrouvèrent quelques temps plus tard Roger Barbaste et Roger Mir. Ils reçurent un numéro. Jean Servant devait alimenter en charbon une usine de fabrication d'essence synthétique.

Les deux équipes travaillaient 12 heures d'affilée et se croisaient à 6 heures du matin ou du soir.

Quand les Russes arrivèrent, les SS les firent évacuer sur les routes et dans la neige (- 18°) jusqu'à Waldenburg. Ils ont marché un mois. Ils ont été parqués dans un lieu où ils se couchaient dans la paille.

Un matin, se présenta une fille de l'Office du Travail. Elle demandait des volontaires pour devenir boulangers et bouchers. Jean Servant fut amené chez un boulanger (métier qu'il avait appris en France) et Roger Barbaste chez un boucher. Ils ont attendu que les Russes arrivent et les délivrent.

Dans un café allemand, le patron anti-hitlérien lui fit écouter Radio Londres qu'il lui traduisit en Allemand à Friedland dans les Sudettes. Les Russes s'opposèrent aux SS qui ne voulaient pas se rendre. Les Russes se sont repliés mais sont revenus en force avec l'aviation. Les STO s'enfuirent à pied vers la Tchécoslovaquie. Ils sont arrivés à Prague en même temps que l'armée russe qui avait fait le tour. Ils y restèrent quelques jours. Ils rejoignirent le front américain où ils reçurent de l'alimentation et du tabac. Le retour fut cahotique : parfois en train, parfois en camion.

Arrivés à Longuyon (Meurthe et Moselle), ils reçurent des papiers à leur nom. Ils retrouvèrent Saverdun au mois de Mai 1945. Cela faisait 2 ans qu'il en était parti et sans avoir reçu de nouvelles pendant un an et demi.