CHAPITRE 2 : Les trois mystères.

Un matin, au collège, trois jeunes filles voient un nouvel arrivant aux cheveux courts châtain clair. La cloche sonne. Le professeur installe le nouvel élève derrière les 3 copines. Un léger rayon de soleil pénètre dans la classe ornée de cartes de France et d'histoire.
Une table, servant aux arts plastiques, barbouillée de peintures et de plâtre est envahie d'objets apportés par les élèves...

Au milieu du cours, Axel entend Léa Freuse prononcer des mots bizarres:
«Abracadabrie chita!»
Le garçon regarde ce qu'elle fait. Elle répète la formule en bougeant les doigts et un crayon s'élève un peu au-dessus de sa table. Le garçon pense :
« Elle doit avoir du crin! Ce n'est pas possible!»
La sonnette retentit. Tout le monde se lève.

En sortant à la récréation, Julie prononce:
«Garato porato!!»
Axel, qui se trouvait juste derrière elle, se demande ce que veulent dire ces drôles de mots. Au même moment, la porte s'ouvre.
« Mais il doit y avoir une personne derrière la porte pour l'ouvrir! » s'étonne Axel.

Les trois filles se précipitent vers le garçon pour faire connaissance. La discussion commence:
«Bonjour, je m'appelle Julie Nette. Ces deux filles sont mes copines. La rousse, c'est Léa Freuse et la brune Nicole Aide. Et toi, comment t'appelles-tu?
- Moi, c'est Axel Aire, dît-il en rougissant de timidité.
- Regardez! Il rougit comme une tomate.
- On pourrait l'appeler 'Tomate'. » s 'écrient-elles toutes en chœur.

La sirène sonne. Le maître, vêtu de son jeans habituel, a un visage sévère. Il crie et frappe des mains.
«Il faut rentrer! annonce-t-il. Interrogation écrite ! Tout le monde au travail ! Interdiction de parler !»
Axel Aire lève la main.
«Je peux aller aux toilettes, s'il vous plaît? demande-t-il.
- Oui, mais ne tarde pas trop ! Allez les autres! Changez de place! » ordonne le maître.

Pendant l'agitation, Nicole s'installe près du radiateur et prend le contrepoison qu'elle a fabriqué sous forme de bonbons à la fraise et en donne à ces copines. Quelques minutes plus tard, le garçon revient des toilettes et regarde à la fenêtre pour vérifier si c'est sa classe.
Il voit la fille à la robe noire qui trafique le radiateur. Peu de temps après, tous les enfants tombent sur leur bureau.
«LES ENFANTS! ! ! ! !» crie le maître presque inconscient.
Il s'évanouit à son tour. Tomate se frotte les yeux:
«Que font-elles?»
Julie fouille sur le bureau du maître.
«Mais elle triche! se dit-il. Et les autres ? Pourquoi ne bougent-ils pas ? Ils sont morts ou quoi ? Ils ont dû absorber du monoxyde de carbone!»
Les trois filles copient les résultats. Quand elles ont fini, elles se dirigent vers le radiateur de la classe et ouvrent les fenêtres. Petit à petit, tout le monde se relève un peu étourdi :
«Ah ! J'ai mal à la tête et j'ai encore sommeil ! baille Johnny Gros, le plus costaud de toute la classe.
- Au travail ! » crie le maître qui a aussi repris ses esprits.
Axel en profite pour reprendre sa place sans se faire remarquer.

Les trois filles, comme si de rien était, rendent la feuille au maître cinq minutes après.
« Si vite! s'étonne le maître. Relisez ! Je suis sûr que vous avez fait des erreurs.
- Non, non! répliquent les trois filles. Nous avons fini !» Le professeur prend leurs feuilles, perplexe. Il se demande comment elles ont pu faire aussi vite... et aussi bien, constate-il au fur et à mesure de sa correction.

Beaucoup plus tard, Axel a terminé. Il rend la feuille. L'enseignant la corrige.
«C'est très bien, tu as tout juste! félicite le maître.
- Et nous! s 'écrie Léa Freuse, déçue.
- Chaque chose en son temps! » réplique-t-il, d'un ton tout doux, ne sachant toujours pas comment elles ont pu faire pour avoir tout correct, mais se doutant bien qu'il y a là un mystère à éclaircir.
«Dring! ! !»
« C'est l'heure, nous nous verrons demain, proclame le professeur.
- Au revoir, maître! crie Axel déjà dans le couloir.
- À demain! »