CHAPITRE 5: Sortilège interrompu

Le lendemain, après l'école, Axel, la casquette sur la tête pour se donner un air cool, voit les trois copines se diriger vers le cimetière. Il les suit discrètement. Tout à coup, il les voit entrer dans ce terrible endroit.
Axel a perdu de vue les trois filles. Il les cherche partout mais ne les trouve pas. Soudain, il entend un bruit venant d'un tombeau. Il regarde s'il y a quelqu'un. Le bruit s'arrête. Axel pense que cette cachette est peut-être ce caveau portant l'inscription 'Charly' au-dessus de la porte. Avec beaucoup de courage, il prend la poignée du tombeau et tire de toutes ses forces sur la porte qui s'ouvre en grinçant!
Terrifié, Axel Aire entend des paroles qui montent du sous-sol de la tombe pleine de poussière, de toiles d'araignées et de cafards.
« Écoutez, les filles ! annonce Léa Freuse. Comme Axel ne veut pas de nous, nous allons lui jeter un sort : celui du trou de mémoire! s'exclame-t-elle en ouvrant le vieux grimoire.
- Qu'est-ce que c'est? interroge Julie Nette.
- Cela fait perdre la mémoire à celui qui n'est pas sorcier et qui entend la formule magique. Il oublie tout ce qu'il sait sur les sorcières pour la vie.»
De peur, Axel recule et fait tomber un vase rempli de fleurs fanées qui se brise en mille morceaux. Dès qu'elles entendent le bruit, les trois filles se retournent et sortent du tombeau. Les filles l'ont vu et s'approchent de lui.
« Tu voulais nous espionner! accuse Julie.
- Non, non ! Je priais pour mon grand-père et je vous ai aperçues, ment Axel.
- Mon œil! dit Nicole
- Attention! Derrière vous ! » crie-t-il en s'enfuyant à toute vitesse. Sa casquette tombe dans sa fuite.

Son cœur bat à tout rompre. Les veines de ses tempes sont prêtes à exploser. Il lui semble entendre des bruits sourds derrière lui comme Si les filles le poursuivaient. Axel Aire accélère.
Après avoir couru comme un fou, il regarde derrière lui. Plus de sorcières ! Il les a semées. Enfin, il arrive devant sa maison. Il rentre chez lui.
« Maman, je ne veux plus aller à l'école, pleure-t-il.
- Pourquoi donc mon fils?
- Car il y a trois filles sorcières qui veulent me jeter un sort.
- Mais enfin, Axel ! Tu sais bien que les sorcières n'existent pas. Va te reposer dans ta chambre!»

Peu de temps après, on sonne à la porte. Axel entend sa mère discuter avec des personnes. Des bruits de pas s'approchent de la porte de sa chambre qui s' ouvre.
«Bonsoir Axel ! On te rapporte ta casquette que tu as faite tomber au cimetière.
- Bon... Bon... Bonsoir les filles ! bégaie-t-il terrorisé.
- Prêtes, les filles? demande Léa Freuse.
- Pars dans le trou de ... prononcent-elles en chœur en articulant.
- Que se passe-t-il ici ?» s'écrie la mère d'Axel en entrant brusquement dans la chambre.
Ces paroles coupent l'effet de la sentence maléfique. Les trois filles s'enfuient.