CHAPITRE 3

PISTE A SUIVRE

Je les amène au parc. Nous nous dirigeons vers le lieu de l’enlèvement.
Nous découvrons des traces de pneus. Mais lesquelles suivre ? En suivant ces empreintes, je trouve un autre pompon grâce à la lumière d’un réverbère au Fer à Cheval. Je préviens mes compagnons.
« Est-ce celui de Lisa ? demande Sophie en le voyant.
- Il ressemble beaucoup à celui-ci , dit Jonathan en sortant un objet de sa poche. Je l’ai pris sur la table du salon discrètement sans que maman s’en aperçoive.
- Bien joué ! Comparons-les, propose Sophie. C’est exactement le même que Rusty a récupéré ! Suivons cette piste-là !
- Comment a fait Lisa?
- Cette petite est vraiment maligne, elle a dû le faire exprès. Elle tient de moi, réplique Sophie. »
Encore en train de se complimenter. Mais ils ne sont pas modestes ! Il faudra que je m’en occupe un de ces quatre. Vraiment, je pense qu’ils n’auraient pas trouvé cette piste sans moi.
« Il doit y avoir d’autres pompons par là. Allez, Rusty, cherche ! »
Je me mets à flairer...

Plus loin, je vois un chat. Je lui cours après, il va dans tous les sens, je vais à sa poursuite. Je tombe dans les ordures. Je saute dans tous les sens : dans les bananes, dans les sacs poubelles et les détritus... Tout à coup, j’entends la voix de mon maître. J’arrive devant lui. Il me gronde :
« Mais tu n’as pas honte de courir derrière un chat, remets-toi au travail et vite !»
Ah! Oui, c’est vrai ! Je dois rechercher la piste de ma maîtresse.

Je marche et, au loin, j’aperçois trois de mes amis. Ils me disent :
« Ça va ?
- Ça pourrait aller mieux.
- Pourquoi ?
- Ma maîtresse s’est faite enlevée par deux bandits. Voulez-vous m’aider à la retrouver ?
- Si tu veux.
- Comme indice, je pense qu’elle a laissé tomber des pompons bleus et verts.
- Allons à sa recherche ! »
Au Fer à Cheval, Sophie, Jonathan, mes trois amis et moi sommes rassemblés.
« Jonathan et moi, nous restons au Rond-Point. Rusty, va à la rue de Loganne, le berger allemand à l’allée Charles de Fitte, l’épagneul, rue de Lucie et le colley avenue de Muret. Le premier qui trouve un autre indice revient nous chercher ! » ordonne Sophie.
Nous ne perdons pas une seconde. Je m’avance dans la direction choisie. Quelques mètres plus loin, je trouve le 3° pompon. Je fonce à notre lieu de rassemblement.
Arrivé aux pieds de mes maîtres, je dépose ma découverte .
« Bravo, Rusty ! C’est toi le meilleur ! » dit Jonathan en me caressant.
Qu‘est-ce qu’ils ne feraient pas sans moi !
Nous retournons à l’endroit où j’ai retrouvé le pompon de Lisa : juste au tournant d’une rue.
« C’est la rue du Pont Vieux ! s’exclame Sophie.
- Tu as raison.
- Comme d’habitude. »
Mais ils sont impossibles avec leurs compliments !
« Continuons notre enquête. »

Dans la rue, devant un bâtiment, je vois un homme louche, à la tête rasée, qui ressemble au conducteur de la camionnette rouge. La porte se referme subitement derrière lui. Je trouve cela bizarre. Je décide d’aller voir de plus près. Je me précipite vers le lieu où a disparu l’inconnu. Tout à coup, au dessus de ma tête, un vacarme de battements d’ailes me fait sursauter. Je m’arrête. Je regarde en l’air et j’aperçois des pigeons qui s’envolent sur les fenêtres ou les toits. Ils ont eu peur de moi mais je ne suis pas trop rassuré : la ruelle mal éclairée paraît abandonnée ; des tags défigurent les crépis des vieilles maisons en briquettes ; les papiers sont soulevés par le vent. Mieux vaut ne pas s’y aventurer la nuit.
Je m’approche avec méfiance. Cela semble être le quartier où tous les gangsters se donnent rendez-vous.

page suivante

page précédente

page sommaire

page accueil