CHAPITRE 2 : Dans le puits.

Après la chute de Léonardo, Pat et Laura arrivent à la rescousse de leur enfant. Très inquiets, le coeur palpitant dans leur poitrine, ils s'approchent avec prudence de la margelle du puits.
« Maman, je suis tombé dans l'eau! Quel plongeon !
- Ça va ? Rien de cassé ? s'inquiète sa mère.
- Non, je n'ai rien. »

Laura sort une corde de son sac, l'attache autour d'un arbre situé à trois mètres du puits. Elle la jette dedans.
« Maman ! La corde est trop courte.
- Merci, fiston. Chéri, elle n'est pas assez longue, tu n'en aurais pas une ?
- Si, je la cherche, dit Pat.
- Attends, Léonardo ! Ton père a une corde.» répète Laura.
Pat la sort de son sac à dos. Il les lie ensemble.
Puis, il s'attache la corde autour de la taille et de la cuisse. Il descend en rappel pour voir si elle est assez solide. Il rebondit sur les parois du puits. Une à deux minutes plus tard, c'est au tour de Laura. Elle descend doucement. À trois mètres de la surface, la corde casse. Elle atterrit dans les bras de son mari.
« Flûte ! Nous ne pouvons plus remonter ! constate-t-elle.
- Je vais essayer en m'appuyant sur les parois, dit Pat.
- C'est dangereux car les bords des briques s'émiettent quand on les touche, avertit Léo.
- Oui, tu as raison. » ajoute Laura en grattant les parois. Pat commence à monter comme un alpiniste, les pieds sur les murs.

Il s'appuie contre une pierre carrée et grise. Il pousse pour s'élever. Elle s'enfonce à sa plus grande surprise.
« Vous avez entendu ? dit Léonardo.
- Oui, qu'est-que c'est ? demande Laura.
- On dirait des mécanismes rouillés.» répond Pat.
Soudain une vieille porte en pierre et rectangulaire s' ouvre devant leurs yeux. Pat s'écrie :
« Un passage secret ! Ouiiii ! On est sauvés ! »

D'un bond, Pat y pénètre. Il tend la main à son fils pour qu'il monte. Puis c'est au tour de Laura. Il fait pareil pour sa femme. Une fois entrés, Pat sort de son sac à dos une grande torche. Il l'allume. Les autres font de même. Ils éclairent un couloir humide et sombre. Ils y avancent prudemment.
Tout à coup, la dalle se referme derrière eux. Elle fait vibrer les murs. Puis, ils entendent des bruits sourds et puissants. Léonardo dit :
«Ce doit être l'orage.
- Mais non, c'est le puits qui s'écroule, répond Laura.
- Presque, c'est le toit du puits qui s'éboule, affirme Pat.
- Arrêtons notre querelle. » termine Léonardo.

Peu à peu, un grand affolement les prend. Ils essaient immédiatement de briser la porte secrète.
« Impossible à casser ! reconnaît Pat.
- Nous sommes prisonniers ! pleurniche Laura.
- Nous ne pourrons plus revenir en arrière. Il faut continuer par ce passage secret.» suggère Léo.

Ils décident de descendre les escaliers glissants, humides et froids. Léonardo, pas très rassuré, marche lentement derrière ses parents. Ils arrivent devant quatre tunnels. Ils décident d'en choisir un chacun. Laura dit :
«Je prends la première galerie.
- Puisque tu prends la première, je prends la seconde, ajoute Pat. Toi, Léonardo, tu restes là en nous attendant.
- Hé ! Papa, je voudrais venir moi aussi.
- Non, c'est peut-être dangereux. Quand j'ai dit quelque chose, je ne reviens jamais sur ma décision.
- Maman, papa m'interdit d'aller dans les trous !
- Il a raison, car cela ne nous rassure pas que tu viennes : tu es encore jeune.
- S'il te plaît!
- Non ! Tu as bien entendu ? »

Dès que Pat et Laura sont partis, le jeune Léonardo n'en fait qu'à sa tête et décide de rentrer discrètement dans la 3° galerie sur la pointe des pieds.

page suivante

page précédente

page sommaire

page accueil