CHAPITRE 8: La fuite.

Le passage secret est humide et tout noir. En plus, il y fait froid. On y voit des murs et des sols argileux, avec des poutres soutenant le plafond, posées sur des colonnes en bois. Tout à coup, la torche de Laura s'éteint.
Pat remarque:
«Nos lampes faiblissent. Et Si elles n'avaient plus de piles?
- On a 99 % de chances qu'elles n'aient plus de batterie d'ici quelques heures.» répond Laura.

Ils continuent. Ils passent devant une énorme boule de pierre de près d'un mètre de haut. Léonardo se demande ce qu'elle fait là.
«Elle doit peser des tonnes ! » s'exclame-t-il.
Tout à coup, Laura marche sur quelque chose. Elle ne peut pas voir ce que c'est car elle est dans le noir. Un déclic retentît, suivi d'un bruit sourd.

Pat éclaire la galerie derrière eux et s'écrie:
«On dirait que la pierre gigantesque a bougé. Oui! Elle roule lentement pour le moment. Mais comme le sol descend vers nous, elle se rapproche de plus en plus vite. Elle est tellement grosse que rien ne peut 1'arrêter. Dépêchez-vous avant qu'elle n'arrive!»

Le rocher accélère de plus en plus. Alors, ils se mettent à courir de plus en plus vite. Le bruit est toujours derrière eux. Léonardo trébuche sur le sol glissant et pentu.
«Aïe ! J'ai mal.
- Léonardo, qu'est-ce qui se passe?
- Je suis tombé. Je crois que je me suis tordu la cheville, ajoute-t-il en boitant.
- Avance vite !»
Laura décide d'aller le chercher.
Pat dit:
«On n'a pas le temps de jouer à l'infirmière ! Pressez-vous ou on va mourir écrasés !»
Ils continuent leur course. Pat ferme la marche. Soudain, il glisse et percute un pilier en bois. Sous le choc, ce dernier a tremblé. Pat le pousse de toutes ses forces. Le poteau cède, entraînant avec lui la poutre qui s'effondre. Mais le plafond tient bon. Pat saisit les deux poutres en bois et les met en travers sur le passage de l'énorme rocher.
L'immense boule de pierre arrive sur eux à toute vitesse. Tout le monde court aussi vite qu'il peut. Un choc effroyable retentit dans leur dos : la pierre ronde a rencontré les deux poutres. Pat éclaire ce spectacle et commente:
«La boule a pulvérisé les solides pièces de bois. Rien ne peut l'arrêter ! Heureusement, ce contact l'a freinée !»
La pierre roule toujours derrière eux. Laura voit devant elle une lueur:
«On dirait la lumière du jour ! Je sens un souffle frais rajoute-t-elle.
- Ouais ! Mais ça pue ! constate Léo.
- Ce doit être la sortie ! Dépêchez-vous d'entrer dans le rétrécissement! » ordonne Pat.

MaIs le passage secret devient de plus en plus étroit. Le petit Léonardo et la fine Laura arrivent à se faufiler par ce trou. Eux-mêmes ont du mal à se glisser dedans. Pat essaie de passer avec le sac contenant le trésor. Mais il n'y arrive pas. Laura lui dit:
«Vite ! Tu n'as pas le temps ! La boule n'est plus qu'à trois mètres de toi !»
Alors Pat abandonne le trésor. Il se glisse difficilement mais juste à temps à plat ventre par l'étroite brèche (fine ouverture).

Sur sa lancée, la boule écrase le sac rempli de pierres précieuses que Pat a été obligé de laisser derrière lui. Un choc terrifiant retentit. Les murs tremblent et s 'écroulent.
«La pierre a percuté les parois du rétrécissement et s'est trouvée coincée ! commente Pat.
- Une souris ne pourrait pas passer entre les deux !» plaisante Laura.
Les trois aventuriers se retrouvent allongés dans de l'eau visqueuse.
«Beurk! Quelle odeur! Où sommes-nous? s'interroge Pat en saisissant dans ses mains la pâte liquide et infecte.
- On dirait qu'on est dans un égout, ajoute Laura.
- Haaaaaaaa! s 'écrie Pat en relâchant ce qu'il tenait dans ses mains. Mais c'est de la m.... ! »

Ils rampent jusqu'à la sortie. Ils sont éblouis par la lumière du jour.
«On a réussi à s'en sortir sains et sauf. Quel miracle ! »
Ils pleurent de joie, ils s'embrassent. Comme ils puent fortement, Laura dit:
«Berk! On est passés par cette bouche d'égout. C'est pour ça que ça sent mauvais.
- Va te baigner ! dit Pat en la poussant dans l'eau de l'Ariège.
- Toi aussi, papa ! Prends un bain ! » s 'écrie Léo qui, accroché par la main de Pat tombe à l'eau, lui aussi.
Tous éclatent de rire.

Léonardo semble très content. Pat lui demande pourquoi. Il répond:
«Regardez ce que j’ai ramené ! dit-il fièrement en sortant de sa poche un objet rond et brillant.
- Une pièce d'or! s'écrient ses parents en chœur.
- Wouah! Il a ramené une pièce. Ça sera la première de notre collection, ajoute sa mère. C'est quand même une belle histoire qui se termine bien.
- Mais on ne saura jamais tout du mystère du trésor de Simon de Montfort.
- Il est irrécupérable.
- Tu as raison, fils. L'entrée du puits est à jamais condamnée par les briques qui ont bouché et coincé la plaque de pierre. Elle est bloquée pour toujours. Quant à la sortie, la boule de plusieurs tonnes bouche le passage étroit donnant dans ces égouts. Impossible de passer par ces deux issues.
- Attention à tous ceux qui essaieront de le récupérer. Ils y laisseront leur vie.
- Voudriez-vous recommencer? propose Pat en plaisantant.
- Absolument pas, riposte Laura! Il faudrait être fou à lier pour tenter une pareille expédition! De plus, j'ai été maudite. Le vampire que j'ai vaincu m'avait lancé une malédiction. Il m'avait prédit que je ne ressortirai pas avec le trésor. Il a eu raison!
- Ce que nous venons de vivre semble irréel, comme un véritable CAUCHEMAR! » conclut Léonardo.

FIN

page suivante

page précédente

page sommaire

page accueil