Archives des publications - K
Responsable du site:
Jean-Jacques Delfour
j.jacques.delfour@ac-toulouse.fr



 
 
Retour à l'accueil général
Archives des revues
Archives des livres par date
Auteurs contemporains non francophones

 
A B C D E F G H I J K L M N
O P Q R S T U V W X Y Z


Denis Kambouchner, Une école contre l'autre, P.U.F., coll. "Questions Actuelles", 318 p, 2000. Introduction.
Kairos N° 17 2001: Lectures de Fichte
— Kamenarovic Ivan-P., Le conflit. Perceptions chinoise et occidentale, Cerf, coll. La nuit surveillée, 2001. - A l’heure où la Chine revient au premier rang sur le plan international, il semble important de s’interroger sur le monde chinois, si différent du nôtre. Ivan Kamenarovic nous livre ici une réflexion philosophique sur la notion de conflit, si quotidienne, en apparence si évidente, et fait ressortir les différences fondamentales existant entre les perceptions chinoise et occidentale. En Occident, le conflit s’inscrit d’emblée dans la perspective du rapport raison-déraison, et deux voies s’ouvrent alors : l’intériorisation (qui mène à la folie) ou l’anéantissement d’un des deux termes du conflit (qui conduit à la révolution). Pour les chinois, le conflit est l’empêchement à la bonne circulation des souffles vitaux, donc une déperdition d’énergie. Il s’agit alors de désamorcer, de contourner l’obstacle afin de rétablir les voies de passage nécessaires à la continuation de la vie. Bref, le Chinois prône le non-agir comme étant la forme la plus subtile et la plus efficace de l’action. – Notule de l’éditeur.
Kant, Emmanuel, Métaphysique des mœurs T1, G-Flammarion, 25/10/2000.
— Kant, Critique de la raison pure, Aubier, 2000*.
— Kant, Emmanuel, Critique de la raison pure (nouvelle édition), Flammarion, coll.: GF philosophie, 2000.
— Kant, Emmanuel, Critique de la raison pratique, P.U.F., coll. : Quadrige.*
— Kant, Emmanuel, Qu’est ce qu'un livre ?, P.U.F.
— Kant Immanuel, Sur le mal radical dans la nature humaine: Über das radicale Böse in der menschlichen Natur. Edition bilingue, Rue d’Ulm, 2001. ISBN: 2-7288-0267-X
— Kant, Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée?, Vrin, 2001. ISBN: 2-7116-1481-6 *
— Kant Emmanuel, Sur le mal radical dans la nature humaine, ENS/Versions françaises, 2001
— Karsenti, Bruno, Marcel Mauss. Le fait social total, P.U.F.
— Kaufmann Jean-Claude, Ego. Pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan, coll. Essais & Recherches, 2001 - La question de l’individu forme une sorte de trou noir en sociologie. Son évitement construit les conditions d’un affrontement stérile entre écoles (déterminisme opposé à la liberté de l’acteur) et voue à l’échec les tentatives pour travailler sur les articulations concrètes. Norbert Elias l’avait déjà souligné : il sera impossible d’avancer sans une déconstruction de la catégorie d’individu. S’appuyant d’abord sur une mise en perspective historique, Jean-Claude Kaufmann poursuit cette déconstruction par l’étude détaillée de la production sociale des individus et de leurs capacités d’initiative. Un ancien concept réactualisé, l’habitude, permet de rendre compte de la dynamique des schèmes opératoires incorporés. L’incorporation, invoquée dans plusieurs approches théoriques, dont celle de Pierre Bourdieu, n’avait jamais fait l’objet d’une analyse précise. Ici, elle débouche sur quelques surprises majeures, dont celle-ci : l’incorporation opère en-dehors du corps biologique, l’intériorisation est intrinsèquement une extériorisation. La confrontation avec l’habitus, tel que l’entend Bourdieu, définit de façon inattendue un instrument d’analyse du mouvement de l’histoire, en particulier de l’individualisation. Car la divergence historique entre habitus et habitudes en est le facteur décisif. Les conclusions se déclinent sous la forme d’un enchaînement de paradoxes. Bien que l’individu comme entité substantialisée soit déconstruit et qu’il apparaisse comme un processus ouvert et instable, l’individualisation constitue la principale clé explicative du changement social. Déterminisme et initiative individuelle se croisent au cœur de cette contradiction, qu’il ne s’agit pas de dépasser mais dont il faut comprendre les ressorts. D’un point de vue épistémologique, les perspectives ouvertes sont celles d’une sociologie dialectique. – Notule de l’éditeur.
— Kayser, Paulette & Scherer, René, Emmanuel Levinas. La trace du féminin, P.U.F., coll. : philosophie d'aujourd'hui, 10/2000.
— Kerferd, George Briscoe, Le mouvement sophistique, traduit et présenté par Alonso Tordesillas et Didier Bigou, Vrin. 2000. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie ». 272 p.
— Khoury, Paul, Monde arabe et mutation socioculturelle. Problématique de la sécularisation et de la révolution culturelle (Tradition et modernité dans le monde arabe - hier et aujourd’hui : Études, 3). Neckarhausen, Deux mondes, 2000, 21 x 14, 206 pp.
— Kimura, Bin, L’entre. Sur la phénoménologie de la schizophrénie, Jérôme Millon, coll. : krisis.
— Kirman, Alan & Lapied, André, Micro-économie, P.U.F., coll. : Themis
— Kistler, Max, Causalité et lois de la nature (Mathesis). Paris, J. Vrin, 1999, 22 x 14, 312 pp.
— Klein, Zivia, La notion de dignité humaine dans la pensée de Kant et de pascal, Vrin.
— Koch Michel, Le Sacricide, Léo Scheer, 2001.Michel koch avait 24 ans lorqu'il rejoignit dès 1937 le Collège de Sociologie fondé par Georges Bataille, Michel Leiris et Roger Caillois. Il devint par la suite membre de la communauté Acéphale, expérience aujourd'hui légendaire de questionnement du sacré, conduite par Bataille à la fin des années trente. C'est de l'expérience d'Acéphale, vers la fin des années trente, à laquelle Michel Koch participa, que Le Sacricide tient son origine. Tirant les leçons de l'échec qui y mit fin, il en reprend ici la proposition essentielle pour penser les dévastations de l'époque moderne. Le Sacricide, aboutissement d'une méditation qui s'étend sur près de soixante années, est le premier livre de Michel Koch. Cf. l'article de Jacques Henric dans Art Press, 01/07/2001
Kognitionswissenschaft. Grundlagen, Probleme, Perspektiven. Hrsg. von Dieter Münch (Suhrkamp-Taschenbuch Wissenschaft, 989). Francfort, Suhrkamp Verlag, 1992, 18 x 11, 388 pp.
— Kolakowski Leszek, Petite philosophie de la vie quotidienne, Editions du Rocher, Anatolia, 2001. - ISBN : 2268039188. - Ce livre pose les grandes questions -philosophiques- auxquelles tout un chacun est confronté dans sa vie de tous les jours. Comment percevons-nous les idées de pouvoir, de gloire, d’égalité, de mensonge? Qu’entendons-nous par "respect de la nature" et "responsabilité collective"? Comment comprendre les termes "tolérance, trahison, liberté"? D’où vient la violence? Qu’est-ce que l’ennui, le luxe, la superstition? Leszek Kolakowski, en une série de petits chapitres profonds et amusants à lire, se livre à un tour d’horizon des questions essentielles à l’homme -et tente d’y apporter quelques réponses possibles et utiles. Véritable vade-mecum des sentiments et des interrogations qui nous ont tous traversés un jour, cette Petite philosophie de la vie quotidienne, à sa manière modeste et chaleureuse, nous offre un enseignement précieux à travers la voix d’un des grands penseurs de notre temps. – Notule de l’éditeur.
— Korzybski Alfred, Une carte n'est pas un territoire. Prolégomènes aux systèmes non-aristotéliciens et à la sémantique générale, Editions de l’Eclat, 2001. ISBN: 2-84162-029-8
— Kouvelakis, Eustache, La politique dans ses limites ou les paradoxes d'Alain Badiou. in Actuel Marx, n° 28.
— Kremer-Marietti Angèle (dir.), Éthique et Épistémologie. Autour du livre Impostures Intellectuelles de Sokal et Bricmont, Paris, 2001, L'Harmattan, collection «Éthique et Épistémologie des Sciences», Actes du colloque du 15 mai 1999 (Université Paris IV). Sokal et Bricmont mirent à juste titre l'accent sur un travers de certains intellectuels évoluant dans le cadre des sciences humaines et sociales - l'emploi abusif de notions ou formules scientifiques indépendamment des concepts qu'ils dénotent - et sur une philosophie jugée propice à développer ce travers, le relativisme cognitif. Au bénéfice de la clarté et de la distinction, des auteurs se sont interrogés et ont tenté d'expliciter, dans un ouvrage décisif liant l'éthique à l'épistémologie, les différents problèmes mis en cause; ce sont: Anouk Barberousse, François Besset, Éric Bois, Anastasios Brenner, Jean Bricmont, Amy Dahan Dalmedico, Maria Donzelli, Michel Dubois, Jacqueline Feldman, Angèle Kremer Marietti, Fouad Nohra, Jean-Charles Sacchi, Michel Siggen, Thierry Simonelli, Dominique Terré. Ils traitent du défi de la formation; des savoirs d'aujourd'hui, de la culture et du respect des méthodes, de la place de la réflexion philosophique dans la connaissance scientifique, de l'éthique et de l'épistémologie des discours sur la science, du caractère moral des sciences humaines, des épistémologies relativistes ou autres (de Popper à Kuhn, Feyerabend et Quine, sans oublier le cas de Bergson), de la psychanalyse lacanienne, de la science du chaos, du positivisme, enfin d'approches aussi différentes que celles de la réflexion «sur» et de la détermination «de». Vous pouvez lire l'introduction du livre en ligne (site de la revue Dogma).
— Krief Hervé, Les graphes existentiels, L’Harmattan, 2001. ISBN: 2-7475-0868-4. Les graphes existentiels sont un exposé méthodique de la logique telle que la concevait le philosophe et mathématicien américain Charles Peirce. Le lecteur y trouvera une vision analogique, implicite et révolutionnairement claire d'une matière qui, rendue par l'algèbre, paraît au contraire sèche et ardue. Sous cette forme, mieux adaptée aux esprits dotés de facultés intuitives fortes, la logique révèle mieux ses propres fondements. - Notule de l'éditeur.
— Kropotkine Pierre, Œuvres, La découverte, 2001, ISBN: 2-7071-3527-5
 

Retour au sommaire.